Signorino, le phoenix rémois.

Publié le par OdaïrFortès7fan

Franck Signorino, formé à l'INF Clairefontaine et au FC Metz, passé par Nantes où il marqua ce but magnifique : http://www.youtube.com/watch?v=CLm4M7rRI54, Getafe. La Liga, son purgatoire entre blessure grave et très haut niveau avant de rebondir via un parcours qui peut sembler chaotique de la Belgique à Laval en Ligue 2. Choix payants et réfléchis, la roue tourne pour le natif de Nogent sur Marne car c'est bien dans l'antichambre de l'élite française que Franck refait parler de lui. Physique retrouvé, mental d'acier, il signe au Stade de Reims lors de l'intersaison 2012-2013. Tel le phoenix, les parcours conjugués du SDR et de Signorino ont sû renaître de leurs cendres.

Aujourd'hui âgé de 33 ans, le latéral gauche rémois apporte expérience et exemplarité sur le rectangle vert. Il est l'un des joueurs les plus vaillants qu'il soit ! Je mentirais si je disais qu'il est le plus talentueux mais nous a t-il déjà déçu quand à son dévouement pour le club lorsqu'il revêt le numéro 3 sur son dos ?

Prenant en toute logique la place de Khalid Sekkat reparti au Maroc, partageant ensuite son temps de jeu avec Pape Souaré, il termine la saison 2012-13 en boulet de canon, à l'image du club. Il permet avec ses acolytes Mandi, Tacalfred et Weber de faire de la défense rémoise une des plus solides du championnat sous la direction de Hubert Fournier. 42 buts encaissés seulement quand Bastia, autre promu en prenait 66 ! ...

Défensivement c'est donc du solide. Son apport offensif est parfois montré du doigt mais force est de constater que l'an dernier, sa qualité de centre fût une arme avec 30.7% de centres réussis (2ème de L1 derrière Maxwell) à l'image de sa passe décisive pour Devaux contre l'OM sans oublier son but mémorable contre Saint-Etienne : http://www.youtube.com/watch?v=s8ksVwjyAXs.

Les supporters rouges et blancs l'apprécient, scande son nom, le chante en reprenant le mythique Francky Vincent et quand je lis les avis du côté de la Beaujoire ou de St Symphorien, l'architecte comme il est également surnommé fait l'unanimité. International espoir au début des années 2000, sa carrière aurait donc pu prendre un autre tournant en rejoignant Getafe dans la banlieue de Madrid. Le club espagnol, qualifié pour la Coupe UEFA après sa finale de Copa del Rey en 2007 transfert Franck suite à sa relégation avec le FC Nantes. Malheureusement, il n'est pas le premier choix de l'entraîneur Michael Laudrup, star danoise des années 80-90 aux côtés de son frère Brian. Jouant peu, Franck est tout de même sur la feuille de match du mythique match perdu face au Bayern Munich de Ribéry et Luca Toni se terminant dans d' incroyables prolongations en 1/4 de finale de la compétition. De nouveau finaliste  de la Coupe du Roi, Getafe confirme malgré sa défaite face au FC Valence. Malheureusement son passage en Espagne sera un calvaire avec une blessure mal opérée qui a bien failli clore sa carrière http://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Signorino-a-failli-arreter/33404 . La suite vous la connaissez...

Pour en être là aujourd'hui avec bientôt 200 matchs de Ligue 1 dans les jambes, il faut un sacré mental ! Peut-être ce qui le pousse encore à tout donner, à ne rien lacher malgré une nouvelle concurrence avec l'arrivée de Chrys Mavinga. Le gaucher arrive en fin de contrat en fin de saison. S'il n'est pas reconduit prochainement, le Stade de Reims pourrait perdre son ange blond mais si il y a bien une chose dont je suis sûr, c'est que quoiqu'il arrive, il renaîtra, le plaisir du ballon rond ne pouvant quitter un joueur aussi valeureux que ne l'est Franck Signorino !

 

Suppléments :

La fiche LFP : http://www.lfp.fr/joueur/signorino-franck

Interview SoFoot sur l'actualité hors-foot : http://www.sofoot.com/signorino-je-prefere-ne-pas-voter-que-de-faire-nimporte-quoi-182228.html

Vidéo (LNRadioTV): http://www.dailymotion.com/video/xy0s75_interview-de-franck-signorino_sport 

 

@OdaïrFortès7Fan - Fortès51

 

 

 

Signorino, le phoenix rémois.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article