Les Trophées 2014-15 du SDR

Publié le par OdaïrFortès7Fan

Fin de saison rime avec bilan. Pour l'équipe première du Stade de Reims, l'objectif maintien est rempli mais dans une certaine douleur. La manière n'y était pas même si nous nous sommes pris à rêver d'une saison agréable avec les 28 points acquis à la trève. Un jeu vers l'avant fait de possession et de pressing qui ne dura que quelques semaines avant une chute vertigineuse qui a fait craindre une possible relégation en Ligue 2. Un seul exploit cette saison, le nul 2-2 en ouverture face au PSG, vite oublié par les purges lensoises et messines... Heureusement Evian TG était plus faible que nous, le maintien se jouant probablement à la 85' de jeu sur le but du 2-3 de Moukandjo... La décision de virer Jean-Luc Vasseur via une opération commando menée par Olivier Guégan fût donc payante, laissant tout de même quelques zones d'ombre quand à la manière de procéder en interne. Les parcours en Coupe de la Ligue (défaite 2-3 contre Arles Avignon, dernier de L2...) et en Coupe de France (défaite honorable aux tirs au but) ne nous ont pas fait vibrer et espérer. Une année de plus finalement. Le club dans son ensemble se porte bien économiquement mais la gestion sportive connaît des hauts et des bas, l'avenir est encore flou mais espérons que nos dirigeants aient pris conscience que par rapport à leurs investissements récents (masse salariale en hausse, centre d'entraînement flambant neuf...) le spectacle proposé n'est pas (encore) à la hauteur. Exigeance et ambition sont les mots de demain, mais cela prend du temps de faire évoluer son équipe au plus haut niveau, je pense notamment à la formation. Le club investi et récolte déjà les fruits de son travail. Après la finale de Gambardella l'an dernier, les U19 ont remporté leur poule, s'ouvrant les portes de playoffs tout comme la section féminine dirigée par Florent Ghisolfi dont l'objectif de monter en D2 est encore possible. Enfin, le yo-yo continue pour la réserve qui monte tranquillement de D.H en CFA2. Dans l'ensemble c'est donc une saison satisfaisante pour "l'Institution Stade de Reims". Il est donc temps pour moi et avec la participation de 63 votants sur les réseaux sociaux pour le "Joueur de l'année" de remettre quelques titres honoriphiques pour conclure l'exercice 2014-15. Nous pourrons en débattre ensuite, mes choix n'étant pas forcément les vôtres.

Les Trophées 2014-15 du SDR :

Le Joueur de la saison 2014-15 :  63 votants donc pour élire... Franck Signorino !

 Le latéral gauche du SDR récolte 20 voix devançant Diego (14), Agassa (8), Mandi (6), Charbonnier (5), Devaux (4), Moukandjo (2), Peuget, Oniangué, Ngog et un vote blanc ont également été comptabilisés.

Ayant voté pour Diego Rigonato http://www.lfp.fr/joueur/rigonato-rodrigues-diego pour son véritable retour à 100% cette saison - 5 buts et 6 passes décisives à la clé, je suis très heureux de voir Franck Signorino remporter ce vote. Exemplaire, combattif, vaillant... il a été l'un des plus régulier de l'année. Une fois encore il a écarté assez facilement la concurrence à son poste et j'estime même qu'il a retrouvé un allant offensif et une complémentarité intéressante avec l'ailier brésilien. Nous aurons le plaisir de le voir évoluer une saison de plus au Stade de Reims l'an prochain. Bravo Franck !  Sa fiche 2014-15 :  http://www.lfp.fr/joueur/signorino-franck

Le Match de l'année :

Rennes - Reims 1-3 : https://www.youtube.com/watch?v=oJ_cqh8T9Ns Mené contre le cours du jeu, le SDR remporta ce match portant son total à 28 pts avant la trève. Un match plein avec 61% de possession, 89% de passes réussies, 27 centres, un Devaux qui touche 100 ballons... Comme je le disais en introduction, un pressing constant et une assurance dans le jeu permettaient à ce moment de la saison de nous réjouir du jeu proposé. Même Mavinga avait fait une passe décisive, c'est dire... 

J'aimerai aussi mentionner cette orgie de football vécue lors de Reims - OM 0-5 : https://www.youtube.com/watch?v=IdSHBKKxOIk Oui, Vasseur avait aligné un 11 et une tactique improbables mais le rouleau compresseur phocéen nous en avait mis plein les yeux. Une boucherie à grand spectacle qui malgré les faiblesses évidentes des rémois à cette époque, me réjouissait. Le dénigré Marcelo Bielsa et ses joueurs m'ont, en 90 minutes, fait rêver aux dépens de mon propre club et ça c'est très très fort ! 

Le plus beau but rémois :

45 buts marqués cette saison, un bilan satisfaisant si nous n'avions pas encaissé 63 buts... Quelques fulgurances nous aurons procuré des émotions tel le but de Devaux contre le PSG https://www.youtube.com/watch?v=pn2AJgJYRW8, le coup franc de De Préville à Lille https://www.youtube.com/watch?v=tQTj2p9kfm8 , le contre assassin contre Nantes et conclu par Mandi https://www.youtube.com/watch?v=wVmmPJpoZtQ, l'exploit individuel de Ngog contre Bastia https://www.youtube.com/watch?v=HWtxEbXN3kk ou encore la frappe surpuissante de Diego surprenant le vice champion du monde néerlandais Stekelenburg dans les buts de Monaco https://www.youtube.com/watch?v=sx9IyO8fmA0. Mais revenons au Stade de la Route de Lorient de Rennes où Odaïr Fortès marqua un but extraordinaire et décisif. Imaginez dans vos plus beaux rêves, un cap verdien qui avait l'habitude de marquer des buts du nez ou déviés sur son aile qui là frappe volontairement du coup de pied des 35 mètres pour battre Costil, permettant au SDR de mener 1-2 à l'extérieur. Ce n'est pas un rêve, c'est une réalité... qu'on ne reverra probablement jamais de sa part ! A déguster : https://www.youtube.com/watch?v=ahO4OtY4jGA !

La révélation de l'année : Antoine Conté

 Après une saison moyenne l'an passée suite à son prêt en provenance du PSG dûe entre autres aux blessures, le petit Antoine - Gohou pour les intimes - est devenu grand, participant à 28 matchs comme titulaire. Il domina le capitaine Tacalfred par son sens de l'anticipation et de la vitesse. Malgré quelques absences de concentration et un jeu de tête perfectible, il a clairement apporté sa "pierre à l'édifice maintien" des rémois que ce soit dans l'axe ou au poste de latéral qu'il occupe également en espoirs avec l'Equipe de France. Défensivement sûr, il devra à ce poste développé son potentiel technique. Être défenseur demande de l'expérience et dans le money time, Fofana, Weber et Mandi ont été priorisés par Guégan. A lui de jouer pour encore évoluer positivement l'an prochain. 

Mentions : Omenuke M'Fulu, Alexi Peuget et Grejohn Kyei qui devraient tous prendre du "poids" dans l'effectif l'an prochain après avoir montré quelques signes positifs lors de leurs apparitions de fin de saison.

Le Taulier Rouge et Blanc : Prince Oniangué

 Saison paradoxale pour le Prince. Le capitaine du Congo entra dans l'Histoire de sa sélection pendant la CAN. Replacé milieu défensif-relayeur dans le 4-2-3-1 de Jean-Luc Vasseur, son activité, son travail de l'ombre pour récupérer le ballon aux côtés de Devaux au coeur de l'automne paya. Son absence additionnée à la blessure du n°6 ne permettait plus de stabiliser l'équipe. Guégan entraîneur le replaça en harceleur d'un 4-3-3 comme à la belle époque Fournier. Statistiquement c'est moins impressionnnant que l'an passé mais son abbatage est remarquable malgré une technique limitée. Promu capitaine pour commander l'opération survie en L1, il a réussi sa mission. Resigné jusqu'en 2019, le SDR pourra bâtir sur son taulier du milieu, à moins que cette chère Marie, Mère de Dieu ne refasse son apparition divîne !

Mentions : Kossi Agassa, Aïssa Mandi, Antoine Devaux, Mohamed Fofana.

Progression de la saison : Benjamin Moukandjo  

 8 buts, souvent voire toujours décisifs. Voilà le bilan de la meilleure saison personnelle du Camerounais en L1. Tout en étant joker de luxe ! Après une Coupe du Monde, une CAN et donc un premier maintien dans sa carrière après deux échecs à Monaco et Nancy, l'année 2014-15 aura été chargée. Doué devant le but, techniquement supérieur, il doit néanmoins se souvenir que le football est un sport collectif, ce qui l'empêche encore d'être un titulaire indiscutable. A tout à gagner à continuer cette progression car dans un an déjà, il sera libre...

Mention : Gaétan Charbonnier, 6 buts, 5 passes décisives mais 13 tirs cadrés / 54 frappes, l'ancien Montpellierain a montré son talent en première partie de saison avant de s'éteindre peu à peu.

Le Culbuto de l'année : Jean-Pierre Caillot

Nous recevrons prochainement nos lettres de réabonnement pour venir au Stade Auguste Delaune. Je suis abonné en Jonquet pour 149€, je ne me plains pas mais pour les tribunes supérieures et latérales, il y a à redire. Il ne faut donc pas s'étonner de voir la moyenne tomber. En effet, le SDR a vu son affluence baisser de 15518 supporters en 2013-14 à 14091 cette saison, soit un cumul de - 27113 personnes ! Oui, le public local est exigeant mais comme partout finalement. Voir un tel spectacle sur et en dehors du terrain était déjà assez triste mais JPC ne se gêna pas pour faire comprendre aux supporters qu'ils n'étaient pas très gentils avec leur équipe après seulemement trois saisons dans l'élite... On verra donc si le choupinou a compris le message en réadaptant sa politique commerciale pour se rapprocher du peuple rouge et blanc. Des questions subsistent quand à la gestion du cas Vasseur que Didier Perrin ne désirait pas, obligeant Caillot à accepter la caution Guégan, à la politique sportive avec un "coordinateur sportif" qui peine à faire ses preuves. Ahh "le plus beau mercato de l'Histoire du SDR" fait à l'arrache le 31 Août alors que le club avait 1pt/12... Mais JPC a rempli certaines cases cette année. Economiquement le club va bien tout comme la formation. Il a pris la pression bastiaise dans un match qui s'annonçait tendu et a encore fait parler de lui en qualifiant le PSG "pas bandant", laissant la presse et les observateurs se jeter sur l'occasion pendant que l'équipe préparait le match face à Rennes. L'intersaison et la saison 2015-16 seront déterminantes quand à sa faculté à faire franchir un cap au Stade de Reims.

Le casper 2014-15 : Pour cette catégorie, je pensais immédiatement à Grégory Bourillon mais au fond je ne suis même pas déçu de lui, je n'en attendais finalement pas grand chose malgré ses 300 matchs de L1 au compteur. Il a du ballon mais que de lenteur, quel manque d'investissement... bref passons au choix que j'ai opéré pour cette catégorie, avec Nicolas De Préville.

 Là encore du potentiel mais deux ans et demi après son arrivée de Istres, la progression ne saute pas aux yeux... Rapide, il n'utilise pas sa vitesse à bon escient, s'embourbant dans des dribbles suspects. Il a eu sa chance, ne l'a toujours pas saisie. Resigné jusqu'en 2017 cet hiver, le SDR mise encore sur lui mais comme le disait Hubert Fournier, pour progresser, il faut travailler. Nico l'admettait lui même, ce n'est pas un grand bosseur. En parralèle, on peut tout de même se demander pourquoi on ne le fait pas davantage travailler les faces à faces avec le gardien vu son ratio occasions/buts. Sur 35 frappes cette saison, il en a cadré la moitié. Un bon chiffre mais cela veut donc dire qu'il n'a marqué que 2 buts sur ses 17 frappes soit 12% de réussite !!! Retour en arrière avec les chiffres de Charbonnier pour comparer : 6 buts (dont 2 pénalty) en 13 frappes cadrées soit 46% de réussite devant le but, N'Gog 7 buts / 14 frappes cadrées ou encore Moukandjo qui joua essentiellement ailier ayant un ratio de 47% buts/frappes cadrées. Le constat est clair, Nico est en panne sèche de confiance mais a également un problème technique de finition. Un petit regret, ne pas avoir vu le dévoreur d'espaces qu'il est, aux côtés de David N'Gog. Cela me semble bien plus complémentaire que son association avec Charbonnier qui ne fonctionne pas depuis 2 ans. Il est à un carrefour de sa carrière, si il ne se bouge pas rapidement, un prêt ou un transfert sera inéluctable. L'ombre de Kyei l'y poussant fortement... 

Mentions : Grégory Bourillon et Chrys Mavinga dont j'ai hâte de voir le futur pigeon qui se fera plumer en le prenant dans son équipe...

Le souvenir : Milan Galic

 Le 13 Septembre 2014, Milan Galic, ex-pensionnaire du Stade de Reims (1970 à 1973) décédait à Belgrade. Il fût Champion Olympique et vice champion d'Europe en 1960 avec la Yougoslavie. Pour le découvrir comme ce fût mon cas dernièrement ou se remémorer des souvenirs pour d'autres, voici le bel article de JF sur le site des anciens du SDR : http://anciensdusdr.free.fr/?p=4641  

Les Notes et appréciations de HumeurFoot :

Après ses récompenses plus ou moins honoriphiques, il est temps de faire un bilan joueur par joueur. Cyriack Garel (50), Sacha Bastien (1) ou encore Jordan Siebatcheu (33) ont joué leur premier match de L1 cette saison, dans des conditions pénibles à Metz et Toulouse. L'avenir nous dira si cela n'était qu'anecdotique mais cela montre encore une fois le travail de la formation dirigée par David Guion et les techniciens sous sa houlette.

Mohamed Fofana 5 : Après une énième saison compliquée, cette fois par les choix de Vasseur plutôt que les blessures, l'arrivée de Guégan le replaça sur le devant de la scène. Physiquement enfin à 100%, il a par son expérience et son état d'esprit apporté un plus sur comme en dehors du terrain.

Franck Signorino 6 : Un taulier, guerrier, exemplaire... Malgré des manques techniques, il est un vrai latéral gauche comparé aux Turan ou Mavinga. Bon défenseur, sans cesse actif, sa relation offensive avec Diego sur le côté gauche a été satisfaisant.

Valentin Roberge 4 : Une déception. Ayant une bonne côte à son arrivée, il a alterné le bon et le catastrophique. A dépanné au poste de latéral gauche en fin de saison de manière satisfaisante. Bon retour à Sunderland...

Grégory Bourillon 2,5 : On ne peut avoir 300 matchs au compteur et être totalement mauvais. Pourtant il reste le principal flop de la dernière intersaison, contrat de 3 ans à la clé ! Son profil ne correspondait pas au besoin du SDR au poste de milieu suite au départ de Krychowiak. Lent et désinvolte, il semblait perdu sur le terrain et même dans le vestiaire.

Antoine Devaux 5.5 : Le métronome jusqu'en janvier. Il dictait le tempo de l'équipe, capable de défendre et d'orienter le jeu. L'absence de Oniangué pendant la CAN et une blessure l'empêchèrent de réaliser une seconde partie de saison du même niveau... Le type même de joueur dont il ne faut pas regarder les stats, 1 but - 0 passe mais un réel impact sur le niveau global de l'équipe.

Odaïr Fortès 3.5 : Une bonne période automnale et puis (comme souvent) le soufflé est retombé. Comme pour Moukandjo, le 4-2-3-1 ne l'aida pas par ses carrences défensives. Le côté gauche a pris le dessus cette saison. Fortès semble en bout de course au SDR mais j'estime qu'il peut encore faire mal comme joker sur trente minute. A voir si les rôles s'inverseront avec le n°14 camerounais ? un vrai milieu droit au SDR ne ferait pas de mal...

Prince Oniangué 6 : Voir le "Taulier" !

Eliran Atar / : L'israélien aura eu sa chance cette saison et ne l'a pas saisie. Un manque criant d'efficacité lors de ses... 11 minutes sur le terrain ! Expédié en colissimo au Maccabi Haïfa, il renaît en marquant 5 buts en 8 matchs. Un regret personnel mais si la direction du club a préféré s'en séparer sans indemnité de transfert, il y a des raisons...

Gaétan Charbonnier 5.5 : Les capacités sont là. Statistiquement en progrès avec un replacement judicieux de Vasseur au poste de 10 dans son 4-2-3-1, "Charbo" a alterné le bon en première partie de saison et le pénible lors de la phase retour, semblant se cacher sur le terrain plus les défaites s'empilaient ! C'est pourtant lui qui allait tirer ce péno assurant le maintien à Delaune même si au fond Evian s'était enfoncé tout seul. Le n°10 a le paraître d'un joueur classieux, technique et capable d'animer le jeu mais dos au but c'est une "tanasse" ! Doté d'un jeu de tête limité et d'un égo inversement proportionnel, il continue d'agacer une partie des supporters. Malgré une progression a noter, il doit faire davantage l'an prochain en devenant bien plus constant.

Diego Rigonato 6 : Une saison globalement réussi, surnageant parfois et régulier comme peu...

Nicolas De Préville 3 : Un vrai bon match au Vélodrome, un coup franc magnifique à Lille, voilà le résumé de la saison de NDP. 1270 minutes en 25 matchs soit 50 minutes de moyenne / match et un impact minimal sur le jeu. Voir "La catégorie Casper".

Benjamin Moukandjo 6 : Voir "La Progression de l'année" ! 

Chrys Mavinga 1 : Bons baisers de Russie... et ne revient jamais plus !

Kossi Agassa 5.5 : Le roc togolais aura pris son lot de buts. Un match loupé à ETG sans conséquences mais après avoir été éloigné des terrains par JLV privilégiant Placide, Kossi n'a pipé mot avant de reprendre sa place sous la pression du vestiaire. Son calme, sa sérenité et son charisme silencieux ont rassuré. Déjà désigné N°1 pour l'an prochain.

Mads Albaek 4.5 : Une blessure le tînt éloigné des terrains un long moment. En progrès dans son leadership dans le groupe, je reste frustré par son manque d'initiative dans le jeu. Trop propre ? N'est pas Nicklas Bendtner qui veut...

Gaétan Courtet / : 2 buts cette saison. Son prêt à Brest l'a remis en confiance mais l'objectif L1 est tombé à l'eau... Un départ de Reims cet été serait logique; vaillant il mérite de jouer mais est limité pour un poste de titulaire à Reims. Un joueur dont on se souviendra longtemps. 

Alexi Peuget 5 : Réapparu grâce à Guégan après une grave blessure à Chateauroux l'an passé, il a en 436 minutes montré des qualités dans la récupération. Son activité pour faire le liant défense-attaque est brouillon mais il a le mérite d'avoir l'idée de proposer constamment du jeu. Avec une préparation estivale complète et un bagage physique-technique plus important, il pourrait peser davantage l'an prochain... à condition de jouer. 

Bocundji Ca / : L'Homme de Biombo, ses casquettes et ses "twix" nous a quitté cet hiver pour rejoindre la Berrichonne et descendre en National... Souhaitons lui de partir vite, très vite de ce bourbier synthétique. 

Mickaël Tacalfred 4 : A alterné le solide et une extrème fébrilité qui ne cessa de s'accroître au fil de la saison, perdant logiquement sa place. Il reste le capitaine dans l'âme, mais le témoin est transmis. 

Antoine Conte 5 : Voir "La Révélation de la saison"

Grejohn Kyei / : 1 but à Rennes après être entré en jeu pour son premier match en professionnel, un autre en L1 au Parc des Princes, voilà la carrière du "bison rémois" lancée ! Physiquement prêt pour la L1 (1m87 / 84kgs), le travail post formation technique et tactique doit payer la saison prochaine. En entrant régulièrement en jeu comme dernièrement, il pourrait apporter par sa percution et son instinct. Reste à bien le cadrer sur le plan de l'agressivité où ses adversaires ne manqueront pas de lui chatouiller les chevilles. Un bel avenir en perspective ?

Johny Placide 4 : Sa carrière comme gardien titulaire de L1 s'est peut être arrêtée le 3 Décembre 2014 à Gerland. Une boulette, après une dizaine de matchs plutôt satisfaisants. Puit le néant, le trou noir. Sans la confiance de ses partenaires, il a du laisser sa place au "vieux" Agassa. Entre sorties catastrophiques et melonite aigue, il est probablement arrivé à un point de non-retour à Reims. Resigné 2 ans par Jean-Pierre Caillot, cela n'empêchera pas le Président de se débarasser de l'Haïtien si l'occasion se présente.

BILAN GLOBAL : 15è place avec 44 points - 12 V - 8 N - 18 D / 47 Buts pour ; 66 buts contre.

Les dirigeants ont tranché, Olivier Guégan sera bien l'entraineur du Stade de Reims la saison prochaine. Je vous laisse lire le bilan de Jean-Pierre Caillot auprès de France Bleu Champagne et vous vous ferez votre propre idée de la gestion sportive du club, de ses ambitions (la phase 2 permettant de viser un Top12 sans trembler n'a pas l'air à l'ordre du jour) et de son analyse de la saison 2014-15 : http://www.francebleu.fr/sports/reims/jean-pierre-caillot-c-est-une-chance-pour-le-stade-de-reims-d-etre-en-ligue-1-2378847. Pour moi, il est temps de passer un pallier, de raconter une autre histoire aux joueurs qui pensent "Maintien" depuis trois ans. Le pain quotidien ou minimum syndical étant de se maintenir, pourquoi ne pas viser la barre des 50 points ? Le groupe a régressé et le risque est de revivre des moments difficiles avec des joueurs en fin de route au SDR, un entraineur novice, un coordinateur sportif sans idée et sans marge de manoeuvre et une double tête à la présidence. Que les leçons soient tirées de la saison passée pour que ce club que nous aimons nous procure bien plus d'émotions positives... Comme dirait JPC, "le foot est une fête !". A lui de mettre les ingrédients nécessaires pour que cet adage devienne réalité à Delaune l'an prochain. Quand à moi, je vais ouvrir mes chakras et lui faire confiance. N'oublions pas la chance que nous avons de voir le Stade de Reims en Ligue 1, surtout après une saison qui se joua à si peu le 9 Mai dernier. Alors comme Jean-Pierre Caillot, POSITIVEZ ! 

@OdaïrFortès7Fan

Remerciements : LFP, France Bleu Champagne, plusieurs Photo crédit Vincent Lapauw, Anciensdusdr.free.fr, Youtube et aux nombreux votants, lecteurs de ce nouvel article de Humeur Foot ! Bonne intersaison à tous !

 

 

Les Trophées 2014-15 du SDR

Commenter cet article