Supporter + pour gagner + !

Publié le par OdaïrFortès7Fan

"Travailler plus pour gagner plus". Cette célèbre formule politique du désormais Président des Républicains,  Nicolas Sarkozy, s'applique bien au monde du football. Le talent est inné, mais pour exister au plus haut niveau, encore faut-il travailler physiquement, techniquement et tactiquement. Du talent il y en a chez de nombreux jeunes mais si le reste (j'allais oublier le mental) ne suit pas... 

Etre supporter ne s'invente pas. La transmission parents/enfants, le lieu de naissance, une émotion provoquée lors d'une rencontre font que l'on naît ou devient supporter d'un club. Etant gamin le Stade de Reims était dans les profondeurs des divisions nationales, la radio, les journaux n'allaient pas plus loin que de donner le score du match de la veille. Certains de mes cousins étaient pour l'OM, d'autres pour le PSG. Par effet de mimétisme, je faisais de même, achetant une trousse PSG pour la rentrée des classes 1996 juste après le sacre en Coupe des Coupes des N'Gotty, Raï ou Dely Valdes. Le Stade de Reims ne représentait que des vieilles images dans un album entreposé au grenier... Mais lorsque le club champenois remonta en National en 1999, j'ai ouvert cet album aux côtés de mon paternel qui me raconta son vécu de supporter rémois dont je ne soupçonnais pas l'existence. Il vécut la fin d'une ère au début des années 1960, celle de l'époque glorieuse du SDR au plus haut niveau. Voir les photos dans ses albums REM avait quelque chose de touchant, la transmission père/fils agissait et les résultats du club permettant une meilleure exposition médiatique, je pouvais faire le fier devant mes cousins en leur disant que j'étais supporter du Stade de Reims, club de 3è division !

La question est ensuite de savoir ce que je compte faire par rapport à cette idée de supporteurisme. Etre supporter du SDR impose des devoirs tels que connaître son Histoire, plus ou moins reluisante selon les époques entre apogée et déclin. Lire ou voir des reportages écrits ou commentés par les Pères Castor du moment peut nous permettre de revivre ses grandes heures du club, de comprendre son identité. Le public du Stade Auguste Delaune est présenté comme exigeant mais ce n'est en rien une nouveauté. Dans les années 50', la bande à Kopa était davantage attendue à Colombes qu'au Vélodrome de Reims... Je ressens cette exigence, cette envie de voir mon club revenir au top niveau. La raison me calme rapidement, et je saisis d'autant plus la chance d'être en Ligue 1 après cette saison pénible.

Quand je vois des gamins de 10 ans venir à Delaune, se lever, s'en prendre à un joueur après une passe ratée, je me dis que le SDR a une chance exceptionnelle d'avoir un passé lui permettant d'espérer un futur brillant. Le travail et l'exigence sont parfois les ennemis des footballeurs français voire de certains dirigeants incompétents mais ces deux notions sont essentielles à la réussite d'un club. A Reims, un entraîneur comme Guégan peut amener cette idée à ses joueurs. La grinta des Bianchi, Santamaria... la classe m'a t-on appris. Le moment classieux que je pourrais narrer aux plus jeunes, la larme à l'oeil, est une bicyclette de Cédric Fauré contre Troyes...en L2. Un moment magique où un stade devient fou. Un stade où la moitié du public ne prend même pas la peine de faire un clapping avec les kop qui s'électrisa à la 94' minute de jeu d'un match décisif en vue de la montée en L1, 33 ans après. Je soupçonne alors nos valeureux "anciens" de s'être revu jeune à Delaune, époque Appel, Fontaine, Kopa ou Bianchi et d'avoir exprimé une joie adolescente en ce 20 Avril 2012.

Etre supporter du SDR en 2015 :

  • 2012-2013 : 15576 spectateurs/match
  • 2013-2014 : 15558
  • 2014-2015 : 14091 soit une érosion de 1467 personnes/match = 27873 sur une saison !

Le Stade de Reims a perdu lors de la dernière intersaison 778 abonnés*. Le socle reste satisfaisant avec 7900 fidèles soit près de 40% de la capacité d'accueil du stade. Malgré tout, je n'imagine pas le club, son service markéting ne pas se préoccuper du sujet. Quand on voit les maillots extérieurs affreux et sans liens avec l'histoire du club pour la saison prochaine, il y a de quoi s'interroger ! Passons... Il y a pour moi plusieurs facteurs ayant entrainé cette baisse sensible sur une saison : 

  • L'effet montée de L2 en L1 qui s'estompe, impression de normalité que de voir son équipe jouer au plus haut niveau, d'où l'idée de choisir ses matchs plutôt que de venir tout le temps.
  • L'exigence sportive : on y revient, mais le mercato 2014 n'a pas fait "bander" les supporters. L'exotisme des Albaek ou Atar avait eu son effet sur les ventes de maillot par exemple (private joke). Un jeu plutôt efficace avec Hubert Fournier permettait aux supporters qui venaient assister au match d'être assuré de voir, au delà de la qualité du match, un vrai combat. Avec JL Vasseur, le 0-2 contre Caen ou le 0-5 contre OM ont peut être refroidis certains de dépenser de l'argent plutôt que de regarder la rencontre sur BeIn bien au chaud. Un chiffre : 24 buts rémois à Delaune en 19 matchs... ça fait cher le but non ? Pas forcément, Monaco en a marqué 23 à Louis II !
  • La politique tarifaire du club est assez contestable, encore que... Abonné en Jonquet à 149€ je ne suis pas à plaindre mais plus de 500€ en Méano, quelle bonne blague pour un club jouant le maintien ! Vous me direz il y a de la place en Batteux/Jonquet supérieure, alors si les supporters se plaignent des tarifs**, pourquoi celles-ci ne sont-elles pas remplies ? Vaste débat lancé sur le forum du club dernièrement, chacun se fera sa propre idée.
  • Les commentaires du Président Caillot n'encouragent pas à venir au stade. Pour s'entendre dire qu'on est de méchants supporters qui sifflent ou contestent alors que l'on paye pour voir "une fête" comme il le rappelle tant de fois chaque année, il y a de quoi préférer allez voir le CCRB qui remontait en ProA. Je ne connais pas les tenants/aboutissants de la relation entre les KOP et la direction mais n'oublions pas de faire de Delaune "un stade propre, sans banderoles ou affiches qui seraient immédiatement retirées". C'est vrai que le tifo organisé par le club était de toute beauté contre Rennes...

Pour résumé, le club a du boulot. Avoir 20000 spectateurs à chaque match, c'est bien, mais cela ne garanti absolument rien sportivement. C'est un petit plus à la rigueur mais à la veille de recevoir nos offres de réabonnement, voici mon interrogation : le club veut-il vraiment développer son lien avec ses supporters ? Avoir un stade rempli oblige à recruter davantage de stadiers, de personnel d'entretien, de vendeurs de bières sans alcool... Y a t-il un véritable gain pour le club ? En sachant que celui ci est géré tel une entreprise, l'étude du service commercial du club doit réussir le tour de passe-passe lui permettant d'accueillir plus pour gagner plus. 

Avoir une grosse ambiance c'est bien mais la culture rémoise ne fonctionne pas ainsi. Le supporter rémois a besoin de rêver, qu'on lui raconte une Histoire toujours plus belle et cette rengaine, pourtant logique et vitale, du maintien commence à le fatiguer. L'an prochain, seuls deux clubs descendront en L2. Alors que le budget du club évolue encore, que l'amortissement du centre de formation et du cas Atar sont en marche, n'est ce pas le moment pour passer un pallier ? La stagnation annoncée de l'effectif, la signature court-terme de Olivier Guégan font que la direction du club nous passera le même disque que la saison dernière. L'objectif sera un maintien, plus confortable grâce à la réforme de la LFP sur la relégation mais la grande Histoire du Stade de Reims est en attente d'autre chose. Ses supporters impatients et exigeants aussi...

*http://www.footmercato.net/ligue1/la-reconciliation-se-poursuit-entre-la-ligue-1-et-son-public_138848

** http://www.stade-de-reims.com/app/pages/generalites  

@OdaïrFortès7Fan 

Photo : Patrimoine51.

 

Supporter + pour gagner + !

Commenter cet article

Jérémy 31/05/2015 11:54

Tu évoques différents problèmes dans ce billet...
Je commence par l'affluence. Quand tu vois la part des droits télé dans le budget, tu comprends que l'argent venant de la billetterie est assez négligeable pour le club. La vente des produits dérivés peut rapporter un peu mais ne rêvons pas, pas comme ManU ou le Real et on n'a pas de chiffres pour suivre l'évolution d'année en année... Un public important sert à justifier le prix des pubs autour du stade et dans le Magazine et à demander des aides (cachées) à la ville. La notoriété des villes passe maintenant par la vitrine du foot. La mairie le sait bien....
Sur ta partie nostalgie, tu raconteras les exploits de Cédric! Raconteras tu les matches où il était sifflé?? les buts tout fait qu'il a raté?? J'ai vu jouer Santamaria (et aussi Ignacio Pena), on ne vantait pas sa grinta à l'époque. On lui reprochait surtout de "choisir ses matches". Parfois très bon, parfois transparent... Tu as surement en mémoire la finale de coupe de france vs Sainté mais il se trainait aussi sur le terrain certains soirs...
La prépa à l'époque était moins pro que maintenant; Marcel Aubour était réputé pour préférer la chasse et l'apéro à l'entrainement. Carlos disait que les matches de début de saison servaient à la mise en jambe... inutile de forcer sur les matches amicaux d'avant saison, la forme viendrait naturellement... J'ai souvenir de victoires péniblement arrachées par le travail laborieux des René Masclaux et Richard Krawczyk.... Pas des noms qui font bander comme dirait notre cher Prez!! Il est faux de croire que tous les matches des années 70 ressemblaient à des Barcelone-Bayern.... Déjà à l'époque, y avait des jours où on se faisait chier.... et bien chier... La mémoire collective les a oubliés.
Le public de Delaune est à l'image de son équipe, rempli de bonne volonté mais manquant d'un élan prolongé et reproductible. Le club crée son public, aucun public ne nait spontanément...
Pour ma part, je refuse de m'abonner sans connaitre les jours de matches. Etre disponible les vendredis soirs, samedis soirs, dimanches après-midis, dimanches soirs pendant 10 mois; pas compatible avec une vie de famille. Ce problème ne vient pas du SDR.