SDR : Nuit de folie !

Publié le par OdaïrFortès7Fan

La troisième saison de ce blog peut débuter. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire mes articles, à les relayer, à les contester et vous en remercie. Mais malheureusement j'ai pris la grosse tête, le melon, mes chevilles ont triplées de volume à en devenir fou. Cette nuit j'ai rêvé, j'ai vibré (ce sujet n'est pas interdit aux - de 18 ans, je vous rassure) et j'ai cauchemardé avant de me réveiller en sursaut pour une raison que j'évoquerai plus tard. J'en tremble encore tout en souhaitant qu'une partie de ce que je vais vous raconter arrive, car si nous ne rêvons plus à travers notre passion du Stade de Reims, nous ne sommes plus grand chose...

Nuit du 9 au 10 Juillet 2015 : alors que je m'endormais progressivement dans les bras de Scarlett Johansson... euh Morphée, quelques flashs sont apparus. Une mauvaise relance de Roberge, un tacle au niveau du genou de Mavinga, un face à face raté de De Préville... bref des relans de la saison passée. Puis vînt l'heure de dormir à poingt fermé et les soubresauts d'une nuit qui allait rester encrée dans ma mémoire pouvaient commencer.

26 Juillet 2015 : il est 16h45, les joueurs du FC Séville pénètrent sur la pelouse de Delaune pour leur échauffement, Krychowiak est acclamé par son ex-public admiratif du parcours effectué par le polonais depuis ses débuts à 18 ans avec les couleurs rémoises. Alors que Jean-Pierre Caillot verse dans la nostalgie, Monchi le directeur sportif sévillan lui demande si il veut quelques conseils pour développer sa cellule de recrutement composée de Alex Barbier (qui n'est pas de Séville) et de Jean-Pierre Bertolino...

15 Août 2015 : après s'être incliné 1-0 sur la pelouse bordelaise, le SDR affronte l'OM de Bielsa. Score final 0-5, le remake de la saison passée, les supporters hurlent alors que la seule recrue se nomme Hamari Traoré en provenance de Lierse, club relégué en D2 belge... Sous 30°, l'entraineur argentin propose à Guégan de venir se rafraichir la tête dans sa glacière.

31 Août 2015, 23h59 : l'objectif maintien est déjà dans toutes les têtes, le rêve d'un Top10 évoqué par la direction du club s'évanouit, Caillot regrette de ne pas avoir écouter les conseils de Monchi... Soudain le téléphone sonne :

- JPC j'écoute !

- Wesh gros, c'est Guillaume Gillet à l'appareil une fois !

- Qu'est ce que tu veux ? m'achever ? m'humilier ?

- Non, non mais j'ai réfléchi, je veux signer au Stade de Reims

- C'est vrai ?

- ... je...pas*se...s.u. un tun..l 

Bref le téléphone coupe, il est 00h01, le mercato estival est terminé, et comme chaque année on l'a eu dans le ***. 

27 Octobre 2015 : alors que le SDR s'est refait une petite santé en championnat, le guerrier Olivier Guégan décide de ne pas changer une équipe qui gagne (enfin qui essaie de ne pas perdre) et aligne son onze type en 16è de finale de la Coupe de la Ligue. Victoire 1-0 contre Montpellier, s'en suivra une épopée incroyable ponctuée par une qualification pour la finale en battant l'OL au Stade des Lumières en demi-finale le 26 Janvier 2016. C'est alors que Jean-Pierre Caillot accompagné de Monsieur Wu, président de Sanei, sponsor du club descendent en trombe les travées du stade, enjambent les barrières et courent en enlevant leurs vêtements en direction des joueurs et des supporters venus faire le déplacement. En se retournant les joueurs aperçurent les deux "êtres" arriver en slip, certains ont vomi, d'autres ont été traumatisés...

31 Janvier 2016, 23h59 : Alors que David N'Gog est reparti en dépression après s'être frotté à la Chine d'un peu trop près, le président Caillot reçoit un mystèrieux appel.

- Non non et non, tu ne me refera pas le coup une troisième fois !

- Je m'excuse pour tout mais le sang corse coule dans mes veines

- Je te croyais belge ?

- C'est une longue histoire mais je veux jouer au SDR, je suis libre de m'engager avec le club dès maintenant puisque je suis en fin de contrat en Juin avec Anderlecht

- Je t'envoie le pré-contr...

- Désolé Jean Paul j'ai un double appel de Monsieur Geronimi, je vous recontacte après un délai de réflection, mais vous avez ma parole !

- ... Moi c'est Jean-Pierre.

23 Avril 2016 : alors que le SDR est en passe de se maintenir, c'est le grand jour ! La finale de la Coupe de la Ligue dont tout le monde parle depuis 3 mois face à l'ogre du PSG. 25000 rémois sont installés au Stade de France, espérant que le club mythique soulève de nouveau un trophée. Après 7 minutes de jeu, les rouges et blancs se dégagent suite à un corner parisien, Odaïr Fortès récupère la balle aux 30 mètres et remonte seul le terrain, élimine Matuidi, Maxwell puis Thiago Silva d'une virgule d'une exceptionnelle fluidite. Le cap verdien entre dans la surface de réparation, se présente en face à face devant l'allemand Trapp et en voulant le dribbler, se produit un drame inédit, une double rupture des ligaments croisés des deux genous ! Les soigneurs n'arrivent pas à le relever et sont obligés de l'amputer sur la pelouse. Handicapé si je puis dire, le club champenois s'inclinera 3-0. Quelques jours plus tard, des journalistes ont pu rencontrer Fortès dans sa chambre d'hopital :

- Odaïr, vous vous rappelez de ce qui s'est passé ?

- Quand j'ai dribblé tous les joueurs parisiens, j'étais au paradis mais... (sanglots)

- Prenez votre temps.

- Et puis... j'ai... j'ai eu cette image.

- Quelle image ?

- Je me suis dit que si je marquais, on avait une chance de gagner !

- Euh oui et ?

- Et alors vous ne comprenez toujours pas ? J'aurais encore dû voir mon président en slip et ça jamais ! jamais je ne veux revivre un tel moment dans ma vie !

- Mais suite à votre raté, à votre blessure, vous n'avez plus l'usage de vos jambes ?

- C'est malheureux mais j'ai toujours voulu être peintre, je pense que c'est le destin et je remercie Dieu pour ne pas être tombé sur mes coudes ! 

AHHHHHHHHHHHHHHHHH ! Complétement en sueur, je sursaute à l'idée de ne plus revoir mon joueur favori évoluer sur un terrain de football, le rêve est passé au cauchemar et la réalité revient au galop. Je me lève, les chevilles dégonflées, j'allume mon ordinateur et partage cette expérience nocturne avec vous... que d'émotions ! C'est pour moi, le nerf du football, l'émotion. Alors rêvons, vibrons, supportons notre équipe malgré les interrogations qu'elle soulève au moment d'aborder son stage en Bretagne. Bonne saison 2015-16 à toutes et à tous !!!

@OdaïrFortès7Fan

SDR : Nuit de folie !

Commenter cet article

Axel 07/09/2015 20:41

Salut !
Alors, je le confirme. C’est un plaisir pour moi de lire tes articles. Tu fais un beau travail ! Quand tu parles de quelque chose, tu la décris avec beaucoup de précision. Bonne continuation…