Soirée velcro-bullesque à Delaune.

Publié le par OdaïrFortès7Fan

 

5 Janvier dernier, la douloureuse défaite en Coupe de France digérée pour laisser de la place à la galette des rois le lendemain ne m'empêchait pas de faire un tweet de tous les dangers, un tweet provocateur visant à changer le cours des choses, et si les joueurs du Stade de Reims voulait enfin gagner un match pour que je révèle mon identité et que j'envahisse, dénudé, le stade Auguste Delaune un soir de Reims-Toulouse...

Equipé de mon pantalon velcro, je me présente Chaussée Bocquaine tout frétillant à l'orée d'un match "de la muerte" comme dirait Mémo Ochoa. Au moment de la fouille préalable à l'entrée côté Jonquet, un stadier remarque mon drôle d'accoutrement et me refuse l'accession à la tribune. Lui expliquant ma démarche, il appela son supérieur qui après vérification de mon tweet tendancieux m'accorda l'accès de Delaune...

... Direction le PC sécurité pour éviter tout danger d'envahissement de la pelouse par un supporter rouge et blanc cul nu. La vue plongeante du PC sécurité est très agréable côté tribune Présidentielle. L'assiette de miettes de petits fours fût un régal et oreilles affûtées, j'appris que les billets gratuits pour les abonnés, en "dédommagement" de la honte Chamblysienne, n'étaient en réalité qu'une opération de communication de l'Institution prévue bien avant la déroute du 3 Janvier afin d'endiguer l'affluence plus qu'amoindrie de Delaune suite à des résultats moroses et une politique ratée envers ses supporters à l'été 2015. Pour calmer les ardeurs, cette sincère démarche a donc été avancée pour le match Reims-Toulouse... Et oui quand la communication prend le pas sur le sportif c'est généralement mauvais signe au Stade de Reims ! On n'est plus des pigeons ! Les 4 à 5000 spectateurs/supporters qui sont venus par défaut auront au moins eu le plaisir de voir un attaquant de classe comme Wissam Ben Yedder convertir deux occasions en trois buts, il n'y a qu'à Reims qu'on peut voir du football auto-tamponneuse entre un gardien et son défenseur. Le groupe rémois venait d'anéantir ses bonnes intentions par une addition de loupés due à un manque criant de technique, d'idées tactiques (ce putain de mur à trois sur coup franc il vient d'où ?). Fermer les écoutilles, laver les têtes tout en prenant trois ou quatre nouveaux joueurs voilà la méthode d'un Guégan en perdition. On ne va pas non plus tout lui reprocher alors que le club est sportivement géré à l'envers depuis deux ans par la présidence à deux têtes.

1-0 à la mi-temps pour un Reims plus volontaire et qui maitrise le losange toulousain en passant par les côtés. Voyant le danger palpable que je prenne à défaut le service de sécurité en cas de victoire, le responsable m'évacua du stade. Placé seul sur un banc - fallait bien que j'attende mes amis qui ont pu entrer avec leurs places généreusement offertes et qui avaient embarqué la clé de la voiture (encore une histoire de dingue que je vous raconterez bien...) - qui donnait vue sur un écran TV de l'entrée VIP de la Germain, je dû me résoudre à rescratcher mon pantalon velcro au moment de l'égalisation toulousaine qui annonçait le début de la fin. Un deuxième but digne de vidéo ngog avec un Placide agassien, prendre un rouge sur un tacle à la desperado de Devaux, rater un énième face à face pour De Préville face au gardien du TFC qui jouait encore dans un bac à sable la semaine passée, entendre un stade chanter à la gloire de Charbonnier, Jean-Luc Vasseur ou Hubert Fournier... ce même stade qui quelques minutes plus tard se félicita du troisième but de Ben Yedder, applaudi à sa sortie.

Trop c'est trop ! Yeter ! Nok er nok !

C'est à ce moment là que je réalisa ma chance d'être à l'extérieur de l'enceinte de Delaune, de pouvoir me remémorer ses images agréables de la première mi-temps, oui, souvenez vous de cet avant-match mythique où nous avons pu flirter avec Michel Delpech, que des machines fraichement achetées avec le salaire économisé sur le prêt de Mevlut Erding en provenance de Hanovre envoyèrent de petites bulles... L'Institution ne recule devant aucun sacrifice quand il sagit de régaler son public, en fait on est tous un peu couillons d'aimer le football et pas la parodie de spectacle où le SDR est devenu maître en la matière avec le meilleur "Monsieur Loyal" de France qui va te sortir un Adrien Regattine à l'annonce du onze toulousain. Quel kif, de quoi se plaint-on ?

Décidant de ne pas perdre le moral, je bondis de mon banc au coup de sifflet final, courrant en direction du parking pour rejoindre mes amis tout en enlevant scratch après scratch ce pantalon qui me démangeait tant. Ce sentiment de totale liberté, de retour au naturel, ce moment de grâce ultime entre l'esprit du supporter trahi par son club et ce corps magnifiquement sculpté était beau, tout simplement beau. Un sentiment d'épanouissement vite interrompu par un autre plus soudain, plus douloureux, plus électrique. Des CRS dont j'avais occulté la présence venaient de me taser l'arrière-train, éteignant mon espoir de me dire que les performances du SDR n'étaient que du football... Mais c'est de mon club dont il s'agit merde !

Emmené au poste pour y être entendu pour exhibitionnisme sur la voie publique, j'eue la malchance de tomber sur un inspecteur de police fan de Gaëtan Charbonnier et qui me suivant sur les réseaux sociaux me proposa d'oublier cette malencontreuse affaire si je disais publiquement que Charbo était l'élément déterminant qui manquait au Stade de Reims...

... Convoqué le 22 Janvier devant la justice après avoir refusé l'offre de l'inspecteur (faut pas déconner non plus !) j'ai prévu d'accès ma défense sur la passion débordante que j'ai pour ce sport qu'est le football et qui me pousse parfois à aller trop loin. Pour l'audience j'ai prévu de mettre mon plus beau costume en espérant ressortir libre, ma mère ayant une dizaine de jours pour racommoder les scratch de mon pantalon velcro, ça serait tout de même bête de manquer Reims-St Etienne !

Ma réelle identité restera donc secrète après cette énième désillusion rémoise, mais à la vue de cette soirée velcro-bullesque François Pignon m'irait très bien !

@OdaïrFortès7Fan

Soirée velcro-bullesque à Delaune.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

fanzy 10/01/2016 12:20

Le limogeage de Guégan est peut-être souhaitable, surtout pour le choc psychologique, mais que peut-il faire quand la détente verticale de Placide avoisine les 0.15m, et que les 7.32m sur 2.44m sont beaucoup trop petits pour de Préville, et qu'il n'a sous la main que 2 ou 3 joueurs de L1, et encore sont-ils très moyens. On paie la politique menée au Stade depuis 3 ou 4ans. Pas de prévision à long terme, que dans l'instant présent. C'est pas assez pour perdurer en L1. Malheureusement on va le payer au mois de Mai. Continue tes chroniques Fortès51, on se marre bien plus que sur le forum.

OdaïrFortès7Fan 10/01/2016 13:00

merci ! :)

Jérémy 10/01/2016 11:09

T'aurais dû passer la fouille vigipirate côté fille, palpation plus sympa. J'ai essayé mais ... j'ai été refoulé!