Qui êtes-vous belle institution ?

Publié le par OdaïrFortès7Fan

Je suis née le 18 Juin 1931. Je ne suis plus toute jeune mais mon parcours a fait de moi non pas un simple club mais une Institution de football légendaire. Six fois championne de France et deux fois finaliste de la Coupe d'Europe c'est pas beau ça ? 60 ans déjà pour la seconde, perdue 2-0 contre le Réal Madrid, ça méritera une fiesta le 14 Mai pour faire honneur à nos anciennes gloires qui m'ont transformé en Institution, communiant de paire avec la nouvelle génération qui a permis de remettre le Stade de Reims au premier plan national. Et ça va durer non ?

Aujourd'hui, grâce aux dirigeants du SDR, je renais, je croîs année après année, je goûte de nouveau aux joutes européennes en amical contre le Sevilla FC de ma dernière tête d'affiche Krychowiak ou encore en Youth League pour laquelle cela ne me dérange pas de me priver de mon meilleur joueur Siebatcheu. Vous avez vu mon centre d'entraînement et de formation tout clinquant ? Que de résultats entre les maintiens successifs en L1, le titre en U19, la finale de Gambardella sans bus de supporters rémois au Stade de France, une future montée pour la réserve en CFA, des jeunes qui signent pro à la pelle pour une équipe première qui se dirige vers une cinquième année dans l'élite.

Je suis dirigée par Jean-Pierre Caillot qui à chaque intersaison me présente comme encore plus pimpante devant la DNCG. Il roule des mécaniques mon JP quand il s'agit de montrer la gestion rigoureuse et maîtrisée de son Institution. D'ailleurs près de 7 millions € ont été mis de côté non pas pour attirer de meilleurs joueurs en vue du Top 10 annoncé en coulisses mais pour minimiser le risque financier que représenterait une improbable descente en Ligue 2. Vue l'attitude de la Team Caillot je ne me fais aucun soucis, je renouvelle les contrats à tour de bras, je recrute des stars de Liga le 31 Janvier ainsi que le 3è gardien de Metz pour garantir à nos sympatiques supporters du spectacle et un classement final digne de mon rang. Et puis si mes responsables juridiques et commerciaux se permettent de placer des boudins gonflables à mon effigie derrière les buts et des machines savonneuses (dédicace à toi Olivier !) rappelant le champagne que l'on ouvre à chaque victoire, c'est que tout va bien non ? 

Oui l'image du club compte plus aujourd'hui qu'il y a 85 ans mais il faut que je vive avec mon temps, celui où mon entraîneur n'a pas de diplôme, où son adjoint n'a aucune expérience, où la campagne d'abonnement visant à remplir mon stade Auguste Delaune II depuis 2007 a été un grand succès permettant aux 50 "faux VIP" qui n'avait pas les moyens d'aller en loges, d'être installé en Méano 13 en face des caméras. Je suis heureuse de voir ma direction se préoccuper de mes supporters en temps de crise, des VIP aux ultras que JP a bien éduqué sans oublié la disparition des méchants KMR. C'est tout un processus qui s'est mis en place depuis la malheureuse descente en National en 2007 qui a permis au duo Caillot/Perrin, assisté du directeur sportif de l'époque Olivier Létang d'apprendre de leurs erreurs institutionnelles. La montée en L1 et la mise sur orbite de Létang au PSG en sont les preuves. Ce processus va encore évoluer suite à la présentation automnale d'un nouveau plan nommé "Horizon 2020". Une boutique en ville a été ouverte, un maillot aux couleurs historiques du SDR a été designé par des hongrois, un budget de 40M€ et la perspective de s'installer dans le Top10 de Ligue 1 y sont également inscrits. Quel boulot pour me permettre de revenir en haut de l'affiche, je n'avais plus connu un tel extase depuis que le joli petit cul de David Beckham a piétiné mon antre de Delaune !

Quand j'entends mon président, mon ex-coach brillamment incompétent viré à 3 journées de la fin, mes joueurs surcôtés juste comme il faut, je suis folle de bonheur. Tout va bien, si ce n'est quelques frustrations hebdomadaires, quelques sifflets d'imbéciles, le vilain arbitrage français, les bloggueurs aigris (j'ai mis un "s" volontairement NDLR) qui me critique moi et mes composantes...

J'entends le téléphone sonner dans le bureau présidentiel, c'est ce bon vieux Jacques Rousselot, le président de Nancy, qui nous fait une de ses vannes pourries : "Dommage de pas se croiser l'an prochain JP, courage...". Au même moment, sorti de l'ascenseur du centre Blériot comme une balle de ping-pong, le vénérable Monsieur Wu débarque furieux, menaçant la clique caillotiste de se barrer définitivement à Châteauroux en cas de descente en L2. Mais ? Quoi ? What the fuck ?(oui, l'institution est bilingue). Je m'effondre, puis remonte la pente, genou à terre. Tentant de reprendre mes esprits, je n'arrive pas à comprendre comment une gestion économique positive n'assure pas mon avenir sportif au plus haut niveau, qu'ai-je fais de mal ? Mais suis-je responsable des actions de celui qui me représente ? Je dépends malheureusement de personnes plus ou moins compétentes, avec plus ou moins de ressources. Caillot n'est pas Germain mais je me relèverais tôt ou tard. Dans 33 ans je vous le jure, l'Institution que je suis sera encore debout, les dirigeants actuels probablement plus à ma tête. 2049 ce n'est pas si loin pour revibrer dans un stade Delaune vétuste, où je souhaite à tous les futurs membres de l'Institution de voir un jour un grand joueur comme Kopa, des trophées soulevés, des buteurs argentins incroyables ou au moins, oui au moins un ciseau retourné à la 94ème minute d'un derby assurant quasiment une montée. Il faudra peut-être repasser par des Reims-Plabennec, des Lulu Aubey avec short au niveau des chevilles et de multiples interviews lunaires de mon Jean-Pierre. Retour vers le futur !

Mon dieu Jean-Pierre ! Mais comment ai-je pu tomber à ce niveau de défiance envers toi ? Avant je n'étais que le Stade de Reims, aujourd'hui tu m'as couronnée Institution de football. Quelque soit la division dans laquelle j'évolue, je suis légende et je le resterai ! Vive l'Institution (qui rime étrangement avec David Guion)... et vivement que se dégage 2020 à l'horizon !

@OdaïrFortès7Fan

NB : je ne crois plus en notre maintien, d'où quelques raccourcis. L'espoir d'un miracle s'estompe peu à peu, je nous vois finir 19è d'ailleurs. Le pessimiste réaliste pousser à son paroxysme ?

 

Qui êtes-vous belle institution ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

buteurbasay 23/04/2016 18:10

super , du grand art , tu es le PSG de l analyse !!!!

OdaïrFortès7Fan 23/04/2016 19:17

Merci ! ça veut dire que je peux encore progresser niveau Ligue des Champions :)))