Hors-Série n°1 : Jeux de maux rémois

Publié le par OdaïrFortès7Fan

Il aura donc fallu attendre la 38è journée pour voir du football à Delaune en cette saison 2015-16. Ok les mois d'Août et Septembre étaient bons autour d'une organisation solide permettant de battre un Marseille ayant perdu son guide Bielsa et d'accrocher le PSG de manière convaincante. Je ne reviendrais pas sur les mois qui se succèdèrent ensuite, entraînant le club vers la Ligue 2. Pour cette dernière journée (et même si l'OL n'a pas répondu présent dans ce match pour du beurre) on a enfin, depuis Janvier, eu le droit à une composition d'équipe équilibrée et portée vers l'avant. Fini le 3-5-2 de Guégan et même le 4-4-2 avec quatre milieux défensifs à la Guion. Ce dernier a cherché, sachant que l'OL aurait la possession, à mettre en place une équipe de contre avec des joueurs qui à la récupération du ballon (Kankava-Devaux) auraient ENFIN des joueurs capables d'amener de la verticalité au jeu rémois. Charbonnier et Kyei jouant face au jeu et non plus dos au but, des milieux excentrés comme Diego et Lass (qu'on sort du placard à la dernière journée) à leur place ça aide pour se donner les moyens de gagner un match. Et c'est bien cela le problème sportif du Stade de Reims, ne pas se persuader que c'est par le jeu que l'on aurait pu se maintenir (Lass sur le banc, multitudes de blessés, erreurs individuelles et de coaching notamment dans la gestion des gardiens...). La mauvaise passe rémoise a "à la mode Ligue 1" fait penser au staff rémois qu'il fallait bétonner plutôt que d'exprimer un fond de jeu cohérent ce dont ils étaient de toute manière incapable de produire par incompétence. Bref c'est le serpent qui se mord la queue. Je n'ai pas envie de faire un bilan joueur par joueur ou même généraliste (il suffit de lire mes sujets précédents qui ont eu un succès incroyable et accentué ma melonite ainsi que le bilan/perspectives d'avenir d'Arnaud Valadon que je vous invite à regarder https://www.youtube.com/watch?v=VX-SM4Sb88M).

Je milite et suis conforté dans cette idée après la relégation du SDR en Ligue 2 que le Stade de Reims doit se révolutionner structurellement (autour du jeu et d'infrastructures tel que Blériot) (qui entrent dans le socle de compétences à lire un peu plus loin) en plusieurs points qui d'ailleurs ne sont pas si inaccessibles que cela :

1 - La présidence amphisbène

Dans son interview à France Bleu Champagne https://www.francebleu.fr/sports/football/jean-pierre-caillot-oui-c-est-un-echec-1463429325 Jean-Pierre Caillot renouvelle ses propos sur la bonne cohabitation avec Didier Perrin, tout en disant qu'il a été difficile pour Perrin de se séparer de son ami Guégan, que le fait de ne pas avoir laissé Vasseur venir avec son staff avait été une erreur... Bref Perrin avait pris l'avantage décisionnel sur Caillot et avec l'intersaison qui arrive et je cite le président dans les colonnes de l'Union "l'échec éphémère" de la relégation, LE président du club va reprendre très sérieusement le dessus en laissant le futur entraîneur choisir son staff et à Alexandre Barbier de devenir officiellement (via @GerardMensoif51 sur twitter) le directeur sportif du club après l'obtention de son diplôme au Centre de Droit et d'Economie du Sport (CDES) de Limoges. On le tient notre Zizou du management ! Il est temps d'apporter une clarification hiérachique entre compétences de gestion économique et de gestion sportive orientées donc autour de Barbier. Donnons la chance au produit qui je l'espère participe aux côtés des présidents aux entretiens pour choisir notre futur coach pour garantir le lien direction-staff à court terme en vue d'un mercato promettant d'être agité dans l'optique d'une remontée immédiate qui sera plus que complexe, l'Institution devant digérer la descente et surtout comprendre le pourquoi de ce gachis monumental.

2 - Le socle de compétence

Des mois (et je suis loin d'être le seul) a rabâcher qu'il y a un manque criant de compétence sportive dans ce club. On arrive même à aller chercher un Ghisolfi comme adjoint, à viser les célèbres revanchards, à renouveller des joueurs dont personnes ne veut au lieu d'investir en compétence via un actif joueur de qualité supérieure allant de paire avec un staff en pleine cohésion avec la présidence ! Entre les choix caillotistes affrontant ceux du clan Perrin, le club a trinqué sévèrement cette saison, les deux feront front niveau communication mais les supporters ne sont pas que des imbéciles a éduquer. Cette descente sera peut-être le déclic d'une réorganisation interne (voir 1-) mais il faut enfin un véritable projet sportif ! Comment faire en étant englué en Ligue 2 ? Là encore je reviens à cette notion de jeu. Un Furlan incapable de maintenir l'Estac (ayant moins de moyens que Reims) en L1 a réussi a plusieurs reprises à remonter le club aubois par du jeu. Reims en 2011-12 avait réussi à construire un groupe dirigé par Hubert Fournier entre "anciens" venant du National et touches d'élites comme Bocundji Ca, Kamel Ghilas voire même un Khalid Sekkat. Ce qui semble rassurant c'est que la direction semble avoir compris que c'est au secteur sportif de gérer la construction de ce groupe. Létang version 2.0 avec Barbier, coach expérimenté avec son staff ayant pouvoir d'agir sur le recrutement que cela concerne les arrivées comme les départs. "L'amateurisme" placidien ou guégannesque était donc bel et bien là puisque les grandes manoeuvres institutionnelles sont déjà en marche quelques jours à peine après l'officialisation de la descente. 

3 - Les joueurs/acteurs

Le tri va être opéré entre joueurs vendables (Mandi, De Préville, Kankava), d'autres à tenter de vendre ou libérés comme on pourra (Fortès, Weber) et les fins de contrat que l'on aura pas pu remercier malgré cette fin tragique comme trop souvent dans ce club hormis Liébus en 2013, pour réussir à transformer ce groupe en Objectif Ligue 1 (à lire la belle interview de Signorino http://stade-de-reims.com/inlassable-guerrier-moral-dacier-merci-franck/). La transition sera très très compliquée d'où l'importance d'avoir un staff solide et une direction forte. Ce groupe probablement composé de nombreux jeunes doit avoir un mix d'expérience nécessaire (ex : Hadji à Nancy) et d'insouciance à la Kyei ou Traoré. Il faut détruire pour reconstruire, le milieu de terrain est un énorme chantier avec de nombreux joueurs avec le même profil, il faut clarifier cette situation, bref c'est tout con à dire, mais faire les bons choix techniques et humains par rapport au projet qui sera proposé. Un projet autour du jeu est là aussi nécessaire, certains éléments n'ont bouffé que du maintien depuis des années, souvent avec un jeu restrictif. Quand je parle de jeu, je ne pense pas Barça, je pense capacité de prendre les choses en main pas forcément en terme de possession de balle mais de capacité à produire un abattage collectif défensif permettant la verticalité du jeu offensif autour de joueurs plus techniques et pas de catcheurs incapables de faire trois passes de suite. Tout simplement une cohérence sportive bien identifiable. La fenêtre sera courte avant que le budget ne baisse de saison en saison, le Stade sera favori l'an prochain, toutes les semaines il sera l'ogre à abattre, c'est pourquoi la Révolution mentale et sportive rouge et blanche est vitale pour ne pas sombrer dans l'anonymat et point très important regagner le coeur de son public.

4 - Les consommateurs

Que je n'entende plus que Reims n'a pas de public, que ce sont davantage des spectateurs que des supporters. Il aura donc fallu attendre la 38è journée pour voir une complémentarité des quatre tribunes de Delaune. Pourquoi les Ultrem ont-ils eu un regain de forme avec une Batteux lui répondant par séquences ? Pourquoi la Méano lâchait un "Allez les rouges" convaincant dès le début de match et surtout pourquoi (chose improbable) a t-on pu voir une tribune présidentielle à la limite de finir en partouze, lançant des ola, chantant comme jamais ? La réponse pourrait être la peur de perdre de l'argent pour les actionnaires/partenaires, l'expression d'un espoir comblé par un improbable scénario sortant les champenois jusqu'à la 79è minute de la zone de relégation. Pour moi la réponse au delà de l'aspect épique de cette dernière journée est l'appréciation d'un public, certes exigeant, devant un spectacle trop rarement vu depuis Reims-PSG en Mars 2013 ? Depuis quand les joueurs avaient déployé autant de jeu et de coeur qu'en ce 14 Mai 2016 ? La frustration de ce public parfois pénible (et j'en fais partie) a été libérée en 90 minutes par, tout simplement, du football spectacle. Certes irréalisable sur 38 journées, le public rémois méritait mieux que cette saison piteuse (le SDR n'a jamais passé les 50 pts en 4 saisons). Que l'on vienne une fois invité ou que l'on soit abonné à 720€ (lol) l'envie du consommateur-supporter est simple : assister à un spectacle, fruit de la passion pour vivre le plein d'émotion au plus haut niveau. Et le grand gagnant de l'histoire serait le club qui augmenterait naturellement autour de l'événement d'un match, la garantie d'y voir du jeu, ses recettes commerciales mais aussi en terme d'image.

La plus belle émotion de ma vie de supporter rémois reste le but de Fauré à la 94è du derby, déterminante sans oublier le doublé de Gaétan Courtet contre Boulogne pour accéder à l'élite. En Ligue 2. Je ne fais pas partie de ceux pensant que c'est parfois bon de redescendre pour mieux remonter. Mentalement nous allons souffrir de la comparaison la saison prochaine mais on sera là, pour ma part derrière mon écran, occasionnellement au stade. Mon cycle d'abonnement plein de succès depuis 2009 et le National s'arrête là, estimant avoir été floué sportivement par l'Institution rémoise. Mais le coeur du supporter est là, la tête suivra, mais c'est cette fois au club de faire un pas vers nous. Je rebondirai comme vous chers lecteurs autour du jeu, de l'émotion que nous procurera à l'avenir le Stade de Reims, à vous président(s) de nous reconquérir après deux ans de palabres institutionnelles hors du champ de bataille, ce si beau rectangle vert.

@OdaïrFortès7Fan

Photo : Site officiel SDR

Hors-Série n°1 : Jeux de maux rémois

Commenter cet article

Jérémy 18/05/2016 11:11

Barbier en directeur sportif.... mais ce sera juste un prête-nom, c'est pas lui qui va affronter JPC et imposer ses choix et ses idées (en supposant qu'il en ait). Encore quelqu'un qui devra sa situation à l'institution et donc la fermera ou que JPC accusera d'être un ingrat avec tout ce que le #SDR a fait pour lui... ça devient de la consanguinité!!!