SDR : Un roc, un facteur et un blaireau...

Publié le par OdaïrFortès7Fan

Une qualification aisée en Coupe de France contre la modeste équipe de St Maximin, une première victoire à l'extérieur en L2 à Strasbourg, deux défaites cinglantes et un réveil tardif face à Niort. Voilà le bilan chiffré du Stade de Reims en Novembre. Avant de conclure la première partie de saison avec notamment le derby champenois contre le rouleau-compresseur troyen, attardons-nous sur ce qui a fonctionné ou non ce mois-ci...

Le joueur du mois : Jaba Kankava

Le Roc de Tbilissi est bien de retour. Certes il ne peut pas tout faire comme on l'a vu dans le marasme nîmois (le 3-5-2 ne l'aidant pas) mais son activité est simplement impressionnante ! Récupération, orientation du jeu par des transversales à la Puyol, projection vers l'avant et même de nombreuses frappes de balle. La finition n'est pas son fort mais ses trois poumons bonifient des joueurs comme Rodriguez ou Da Cruz. Le taiseux qu'il est, s'exprime avant tout sur le terrain et certains devraient s'en inspirer ! Bref quel Homme !

Le Yohann Diniz de Novembre : Rémi Oudin

Une dizaine de minutes de jeu et c'est réglé pour cette catégorie. Le facteur X du SDR est le minot local, six fois buteur en CFA avec la réserve en sept matchs dont un triplé le 5 Novembre dernier contre Mulhouse. Actuellement en post-formation, il doit acquérir du physique, emmagasiner la tactique désirée par MDZ et, engrangeant minute après minute en L2, devenir un élément régulier de la rotation rémoise. C'est facile à dire après 10 minutes de jeu combiné aux absences de Chavarria, Charbonnier ou l'éviction de Baldé mais se révéler n'arrive jamais trop tôt ! L'épine du pied qu'il a enlevé à l'Institution face à Niort pourrait avoir une grande importance en fin de saison...

L'absent du mois : Pablo Chavarria

Michel Der Zakarian doit s'arracher le peu de cheveux qu'il lui reste... Tellement de blessés offensifs qu'il n'arrive pas à aligner deux fois la même paire d'attaquants. Obligé de placer Diego ou Berthier en soutien de l'attaquant, il doit regretter l'absence de l'argentin à plusieurs titres. Le replacement de Chavarria dans un 4-4-2 aux côtés de Ibra Baldé semblait être la bonne formule tactique. L'un prenant la profondeur, l'autre conservant et finissant les actions comme entre-aperçu face à Lens ou le Havre. Son profil de dévoreur d'espaces, de technicien (déjà qu'on a pas grand monde dans ce registre) manque au SDR. Un possible retour face à Orléans est envisagé mais attendons 2017 pour revoir Pablo à 100% mais aux côtés de qui ?...

Le blaireau de Novembre : Ibrahima Baldé

Il faut toujours un mal-aimé dans un effectif. Ibra Baldé c'est un CV respectable qui devait le faire marcher sur la L2... Mais ce n'est pas cela le football. Il ne suffit pas d'aligner les noms pour faire une équipe. Comme déclaré précedemment, son duo avec Chavarria me plaisait bien, sa passe décisive à Strasbourg pour Diego confirmait l'impression de montée en puissance de l'attaquant sénégalais, également buteur en Coupe de France. Mais, dans un système tactique qui ne lui va pas, Baldé s'est enterré face à Laval puis à Nîmes où sa nonchalance commence à agacer supporters mais aussi staff puisqu'il fût écarté pour la réception de Niort. En total manque de confiance, en inadéquation tactique avec un coach dont le jeu prôné est restrictif, le doute est permis... Erreur de casting ? Probable et récurrent dans ce club... les 6 derniers mois de son contrat peuvent nous faire mentir et on ne demande que cela !

La question qui fâche : MDZ a dit que son équipe était nulle, mais n'est-elle pas à son image ?

J'avais sonder mes twittos dernièrement (avant Nîmes) concernant leur impression par rapport au style MDZ : résultat sur 98 votants : 8% le trouve excitant (le jeu ou l'homme ?), 32% rassurant, 28% bof et enfin 32% chiant à mourrir...

Hormis la taule nîmoise, les erreurs tragiques de Weber contre Laval, la solidité défensive rémoise est toujours gage de réussite sur le long terme. Michel Der Zakarian doit comprendre que mettre en place un système en 3-5-2 avec huit joueurs à vocation défensive n'assure en rien l'imperméabilité de sa formation. Face à Laval ou Niort, le jeu était plutôt agréable, cohérent dans sa mise en place avec un Kankava qui rayonne, un Diego régulier ou encore un Hamari Traoré omniprésent. Pourtant l'activité des joueurs, le peu de mouvements potables (jeu en triangle, une-deux, redoublement de passe, verticalité du jeu) faisaient frétiller quelque peu les supporters jusqu'aux 20 mètres adverses où là on atteint les limites d'un coach coutumier du fait (cf Nantes). Le néant interstellaire dans la zone de vérité fait peur à voir, le manque de liant donc de travail tactique est flagrant. Le SDR récupère bon nombre de ballons mais le jeu sur les ailes est trop lent, la projection des Da Cruz ou Kankava n'apporte pas assez (cf Oniangué) quand à la dernière passe, on atteint le tragique. Le nombre de blessures des joueurs offensifs est à mettre en perspective car la jeunesse des Berthier, Pefok, Kyei ou Oudin ne peut pas tout résoudre. Mais là je parle bien de tactique, de mouvements travaillés à l'entrainement et force est de constater que l'équipe est souvent faible, le terme de "nulle" étant approprié dans le cas nîmois. Au staff désormais de récupérer ses blessés, de concocter une tactique pas forcément plus offensive mais bien mieux équilibrée par rapport aux forces en présence. Le roi Kankava doit évoluer à deux au milieu pas à trois avec une parodie de footballeur comme Ndom quand il est titulaire, Berthier a besoin de liberté, Diego est un joueur d'aile, Baldé a besoin de soutien autour de lui etc etc... n'ayant pas mon diplôme d'entraîneur, je ne peux qu'observer et donner mon impression de supporter. Alors le Stade de Reims 2016-17 est moyen et le restera probablement, mais comptons sur Michel Der Zakarian pour obtenir des résultats, il ne lâchera rien même si lui aussi est moyen, pas nul, juste moyen.

6 points sur 12 possibles, les champenois ont limité les dégâts et arrêter l'hémorragie. Les mêmes questions demeurent sur le jeu proposé, sur l'inefficacité offensive mais l'équipe est comptablement dans le coup. Décembre doit permettre aux rouge et blanc de finir avec au minimum 33 points. Confirmer le réveil à Orléans, ne pas laisser les troyens s'échapper, se qualifier pour les 32è de finale de Coupe de France et on passera Noël au chaud. En football le Père Nöel n'existe pas, il faudra cravacher en 2017 pour atteindre l'objectif, mais cela, on en reparlera le mois prochain !

 @OdaïrFortès7Fan

Photo : site officiel SDR

SDR : Un roc, un facteur et un blaireau...

Commenter cet article

Jérémy 30/11/2016 08:59

Je pense que tu seras d'accord avec moi pour dire qu'il est incorrect de traiter de la même façon statistique la victoire contre Saint Maximin en coupe et les matches de championnat. Eliminer un club de PH n'est pas un titre de gloire. Donc pour novembre le bilan est 2 branlées: une à domicile contre le 19ème et un cuisant 3-0 face à la "redoutable" Institution nimoise!!!! Puis une victoire 1-0 contre Niort avec un match correct mais, merde, c'était Niort en face, avec des absents et pas de banc!!! En plus faute de rien ça pouvait finir sur 1-1 même si tu peux dire que Diego rate piteusement l'occas du 2-0. Donc mon bilan de novembre c'est PITEUX et LAMENTABLE pour un club visant la montée.
Il nous reste à attendre le match suivant... Comme après chaque journée, on attend la suivante avec l'espoir que les jours seront meilleurs. On va attendre le mercato en espérant que Jaba reste pour tenir la baraque au milieu et qu'on ne retrouve pas un LaCroix-Rodriguez, on va attendre le match de référence, on va attendre.... jusqu'à la 38ème journée où on constatera les dégats en disant "c'était joué, c'était avant qu'il aurait fallu agir".
Que du déjà vu.....