Le bide Der Zakarian.

Publié le par Thibaut - @OdaïrFortès7Fan

Après les échecs des minots Vasseur, Guégan et un degré moindre du formateur Guion, le Président Caillot recrutait l'été dernier un coach niveau L1 qui, aurait sans nul doute, maintenu le Stade de Reims si il avait été présent un peu plus tôt. Mais bien sûr... comme si les errements d'une direction qui joue plus à l'affect que par rapport aux qualités footballistiques et mentales de ses joueurs recrutés ou resignés bêtement années après années dont, pour certains on se débarasse piteusement (Placide et surtout Agassa), auraient changé le destin d'un club malade d'incompétence. Les responsables restent et resteront cette direction de pacotille qui fait plus dans l'apparât, se vantant d'une bonne gestion financière mais qui n'investit pas, saison après saison, dans ce qui est le nerf de la guerre, la cellule de recrutement. Certes l'été dernier j'aurais pu vanter les mérites du SMCaen et de sa capacité à recruter un Ivan Santini pour au final en conclure que ce club va tout droit en L2 rejoindre le SDR. Il n'y a pas de solution établie, de certitude de résultats par rapport aux choix des hommes mais plus on injecte de moyens pour développer son secteur sportif, plus on est censé avoir les bons Hommes aux bons postes, qui eux même choisiront les entraineurs/joueurs les plus à même de répondre aux exigeances souvent élevées d'un club comme le Stade de Reims... tant bien même en L2.

Passons donc le manque criant de moyens que peux avoir Barbier, l'incompétence de la direction pour nous concentrer sur celui qui à lui seul ou presque, devait nous faire remonter directement dans l'élite. Du jeu on en attendait pas trop vu le pedigree du gars passé avec succès à Clermont et surtout Nantes avec lequel il avait connu deux montées et surtout des maintiens sans possibilité de recrutement, validant parfaitement sa vision couillue du football faite de grinta (à l'image d'un Lucas Deaux) plus que de qualités offensives. Dès les premiers mois, on savait qu'on allait s'ennuyer gravos à regarder les rencontres du SDR mais qu'avec une base défensive ultra solide on aurait des résultats. Bon, c'est pas ma tasse de thé que de voir des purges mais j'étais prêt à l'accepter provisoirement. Cet hiver, avec le Roc de Tbilissi, le retour de l'intermittent Devaux et l'association du génie Charbonnier, la route semblait tracée. Mais entre la blessure de ce dernier, un mercato hivernal restreint, la "malchance" des poteaux et des pénalty, le résultat est là : le Stade de Reims passera une saison supplémentaire en L2. Quoi ? nous ne sommes qu'à 3 pts du barragiste ? le miracle est encore possible !

Chers amis supporters et supportrices, je vous en prie, malgré tout l'amour que nous portons à ce club, ne tombez pas dans le panneau. Des années qu'on se moque de vous, qu'on vous fait miroiter un horizon idyllique pour en arriver à une direction, un entraineur et des soit disant leaders du groupe qui ont déjà renoncé. Après Laval, les choses étaient claires, s'en était terminé des espoirs de monter, après Nîmes, on apprend que Der Zakarian (le mec qui lâche rien vous savez) ne pensait déjà qu'à se barrer chez Loulou Nicollin, un mec qui en a dans le slibbard comme lui, car oui le Mich' a besoin de testostérone, pas d'un club endormi à tous les étages ! Quand aux joueurs, certains pensent plus à leur futur contrat loin de la Champagne qu'à se déchirer dans le sprint final. Des joueurs qui pour certains auront indéniablement apporté (Weber) ou seront des quidams éternels (Devaux)...

Le coach Der Zak, en recevant la proposition du club l'an passé, savait très bien où il mettait les pieds. Certes chez le plus gros budget de L2, le favori naturel mais aussi chez un club où les vertus d'état d'esprit n'étaient que du vent. Pourtant son défi était réalisable. Réussir la transition L1-L2 à base de joueurs tels Carrasso, Bouhours, Da Cruz, Chavarria tout en concervant les Diego, Traoré, Kankava et en incorporant les jeunes Oudin et Ndom. Le recrutement raté du cher Ibrahima Baldé, pas fait du tout pour qu'on lui envoie des parpaings, de la pépite Berthier qui fait regretter que Fortès ne joue plus même avec son pied bot, la non progression d'un joueur comme Kyei dont on attendait une quinzaine de buts, le cas Antoine Conté, les changements de systèmes réguliers, les coachings moisis en changeant de duo d'attaquants à chaque rencontre, les sorties musclées dans la presse, les classiques éliminations foireuses en coupe... font que la saison 2016-2017 est un naufrage. Peut être un mal pour un bien si un été révolutionnaire passe par là ? (oui moi aussi je crois au miracle finalement).

Revenons sur cette saison, interrogez-vous. Combien de moments vous restent en mémoire ? J'ai vu tous les matchs ou presque du SDR, dont quatre à Delaune (oui j'ai eu du nez de ne pas me réabonner). La perte de temps du vendredi est devenu un classique dans mon agenda pour au final ne retenir qu'une victoire à l'arrache à Auxerre sur un pénalty de Kyei, une désolation face à Strasbourg... sur un pénalty de Kyei pour ne retenir qu'un seul grand moment, la disparition et l'hommage qui suivit en l'Honneur de Raymond Kopa. Une soirée qui restera gravée et qui aurait dû porter ce club, ne serait ce que par l'émotion suscitée, vers la Ligue 1. Mais quand on se prend faussement pour une institution, que l'on croît faussement en un entraîneur d'un autre temps prônant le pousse-ballon et qui dès qu'il prend le risque de jouer se heurte à la nonchalance et la faiblesse mentale d'un groupe en bois, voilà le résultat, revenir à un certain anonymat. Alors que la direction balaie devant les portes de Delaune, que MDZ parte dans l'Hérault, que ce groupe explose pour le bien de ses supporters qui veulent regoûter à du football, du vrai. Pas du tiki taka à la Guardiola, non, du football à la Hubert Fournier suffirait. Un dédoublement Glombard-Fortès, un centre de Tainmont pour Fauré, un tacle rageur du Tac, un exploit sur sa ligne de Kossi... ça y est, je deviens vieux à base de "C'était mieux avant !". J'ai juste faim de football quitte à attendre un peu avant de revivre les affiches de Ligue 1. Mais 33 ans c'est non, hors de question alors que faire ? Espérer naivement le miracle de cette fin de saison ou se regarder en face pour rebâtir réellement un club dans ses structures de direction, de recrutement, de constitution de groupe autour d'un entraîneur véritablement ancré dans le projet rémois ? L'Horizon 2020 (le fameux projet de l'Institution) se rapproche, il est encore accessible à condition d'y mettre enfin les moyens financiers et humains adéquats. Cette fois, ce n'est pas vous mais moi qui rêve...

Thibaut - @OdaïrFortès7Fan

A lire également par @Au2lN : http://enrougeetblanc.fr/accueil/chronique-bethenyate-genese-de-linstitution/

Le bide Der Zakarian.

Commenter cet article

lelorain 26/04/2017 06:19

tout est dit,mais je crois que les responsable sont le tres vilain barbu qui joue avec le frein a main
le rouquin qui lui se prend pour dieu le pere
si ses 2 la avait ete mis en dispo,le vestiaire aurait retrouve cet amour du collectif qui nous manque tant