Le Tsar Nicolas De...

Publié le par OdaïrFortès7Fan

Avant de consacrer ce sujet à l'évolution d'un joueur devenu essentiel au Stade de Reims, juste un petit mot sur le dernier match à Lille. Une énième frustration, déçeption, désillusion, colère d'Olivier Guégan qui comprend peut être enfin que son groupe est composé de joueurs n'ayant aucune habitude du haut niveau (disons top 10 L1...). Que des joueurs ou presque habitués à lutter pour le maintien, qui s'en contente et qui si mission accomplie seront les premiers à implorer "Président, Président" pour avoir une prime. Pathétique formation de bons gars certes mais qui n'a aucune volonté de dépassement de fonction, gérée par un staff qui montre son incompétence bien trop régulièrement. Comment peut-on faire entrer Odaïr Fortès en "joueur volant" passant de 10 à la place de Charbonnier, à 8 après l'exclusion de l'intelligent Devaux sans jamais occuper son poste exclusif d'ailier ? Guégan n'a même pas cherché à changer de système, à quoi bon puisque les trois de devant étaient d'un côté seuls au monde tout en étant les premiers à ne rien faire pour récupérer le ballon le plus haut possible pour faire remonter le bloc. Match piteux hier, comme trop souvent. Cette équipe manque d'une chose essentielle et qui pourrait compter le 14 Mai prochain pour le verdict de cette Ligue 1 2015-16, c'est le coeur ! Parenthèse refermée.

Place au facteur X rémois qui rapporte 56% des points cette saison aka Nicolas De "Le Tsar" Préville. Avant de parler statistiques, notons la prise de pouvoir offensive du numéro 12 rémois. Rentrant vers l'intérieur sur son pied fort comme beaucoup de joueurs offensifs dans le football moderne, il réussit par cette entreprise à protéger son ballon, à provoquer des fautes (71 subies en 2198 minutes jouées soit trois coups francs/match) par son dynamisme balle au pied et ses dribbles chaloupés. Pas du génie mais de l'efficacité, ce qu'on demande à un attaquant finalement. Bref tout ce qu'il n'arrivait pas à faire auparavant, incapable au poste de pointe d'éliminer son adversaire direct par une technique frustre et une tendance à s'effondrer au moindre contact. La solution tactique proposée par Guégan (qui sait parfois avoir aussi de bonnes idées) est une réussite collective permettant à l'individualité d'exprimer tout son potentiel. On peut comparer Nicolas de Préville à d'autres joueurs de son profil comme Ousmane Dembélé, la nouvelle hype de L1, le futur potentiel ballon d'or d'après Mickael Silvestre au Stade Rennais. Une pépite !. Ce type de joueur explosif, qui casse les lignes, qui provoque les situations et les débloque souvent. Les joueurs de ce type sont bien plus à l'aise à l'extérieur qu'à domicile, par une plus grande liberté. Stats de la LFP à l'appui, le Tsar rouge et blanc a participé par ses passes/buts à la récolte de 18 des 32 points stadistes. 3 buts/4 passes à Delaune soit 48% des actions décisives, ce chiffre grimpant à 68% (25% des buts marqués + 43% des passes décisives - raccourci de ma part puisque certains buts ne nécessitent pas forcément de passes décisives) hors de nos bases  avec 3 buts/3 passes. De bons chiffres à tempérer car on peut aussi y voir la relative faiblesse de ceux qui entourent De Préville. Cela veut-il dire que quand De Préville est mauvais le SDR n'a que peu de chances de prendre des points ? Ayant plus d'espaces pour exprimer ses qualités à l'extérieur, De Préville y cadre 59% (13/22) de ses tirs contre 35% (13/37) à la maison. Putain de pelouse rémoise ? En sachant qu'il part de plus loin, cela lui permet d'avoir une vision plus large du but qu'au poste de 9 où il a tendance à se précipiter notamment dans sa gestion des faces à faces. Sur ses 6 buts en L1 cette saison, le Tsar utilise exclusivement son pied fort, le droit à cinq reprises (+ un de la poitrine à Bordeaux sur un coup de billard). Indispensable pour le(s) système(s) de Guégan (28/29 matchs, 26 titularisations). 

Le "fameux" potentiel, Nicolas l'avait mais ne l'exploitait pas ou mal. Moi qui critique souvent le manque de progrès de nos joueurs, il est notable que Nico "le branleur" sous Fournier, le joker avec Vasseur a travaillé et a compris ce que demandait un poste d'offensif placé sur un côté. Son physique, sa frappe de balle (4 passes/7 sur coups de pieds arrêtés) sans oublier et c'est peut-être là le principal dans le foot d'aujourd'hui, son mental ont évolué. Ses buts formidables contre Troyes, Rennes et Ajaccio traduisent une grande confiance dans sa technique de frappe, technique également travaillée sur CPA/corners par un petit pas de côté pour s'ouvrir l'angle au dernier moment, devenant un danger pour la défense adverse qui peut parfois passer à la Trapp (humour germanique). N'empêche qu'il reste encore du déchet, quelques pigeons l'ayant mal pris, quand au match d'hier à Lille, Guégan ne s'est pas géné pour reprocher à Nicolas d'être sorti de son match... comment lui reprocher quand on ne reçoit aucun ballon propre et que la tactique mise en place repose sur la gestion du 0-0 ?. 

Nicolas De Préville est donc en pleine progression, il lui reste à confirmer sur la fin de saison et de réussir à être encore décisif dans l'opération maintien sinon cela s'annonce compliqué sans l'apport du facteur X 2015-16 (56% des buts/passes rémoises je le rappelle). Son contrat courant jusqu'en 2018, espérons que ce ne soit pas un mauvais signe en vue du centenaire de la chute de Nicolas II de Russie, le Stade de Reims devant rester dans l'élite. A moins d'une révolution ? 

@OdaïrFortès7Fan

Sources :

http://www.lfp.fr/joueur/de-roussel-de-preville-nicolas

https://fr.wikipedia.org/wiki/Nicolas_II

Le Tsar Nicolas De...

Commenter cet article

fanzy 06/03/2016 17:03

Bonjour Fortès,
D'accord avec toi Nico fait une bonne saison. Sans être vraiment transcendant mais au dessus de ses partenaires. Dommage qu'il ne soit pas aussi malin que Boufal dans ses chutes plus ou moins provoquées, car plus ça ira, moins les arbitres vont siffler tellement il tombe au moindre effleurement d'un adversaire.
C''était vraiment bien de prendre des attaquants au mercato. De temps en temps Thievy ou Bangoura feront un exploit et on gagnera, mais ne pas avoir recruté celui qui leur donnera des bons ballons montre bien que ce qui intéresse notre président c'est uniquement avoir un point d'avance au dernier match sur le 3ème relégué. Un exemple criant, c'est Lille nullissime sans Boufal en 1ère mi-temps et Lille avec Boufal en 2ème. C'est d'autant plus dommage qu'avec ce type de joueur on pourrait rivaliser avec au moins une douzaine d'équipes sans problème.

OdaïrFortès7Fan 09/03/2016 19:00

exactement, je partage tout. le talent est rare et on dirait qu'on a pas envie de le trouver.